ADEMA
14:09
29°
27°

ADEMA – Madagascar: un nouveau Master Plan pour le développement de l’aéroport de Sainte-Marie

La société d’Etat ADEMA, gestionnaire de l’Aéroport Ravoraha de l’île de Sainte-Marie, a élaboré un ambitieux master plan pour une vision à long terme du développement de ce site aéroportuaire du de l’Est malgache. Cela inclut notamment une extension de la piste.

Ce projet répond aux objectifs d’optimisation des capacités aéroportuaires du site de Ravoraha, notamment l’aménagement d’une nouvelle aérogare et une extension du tarmac dans la partie sud de la zone aéroportuaire. Ces nouvelles infrastructures devraient permettre d’accueillir simultanément deux aéronefs de type B737 et ATR. Leur mise en place sera accompagnée d’équipements conformes aux normes OACI, d’une plateforme de 27 000m² de parc commercial et hôtelier visant à développer l’offre balnéaire et touristique de l’île aux nattes.

L’année dernière, cet aéroport à enregistré plus de 25 000 passagers. En 2015, l’Aéroport de Sainte-Marie a déjà subi un important lifting, avec une extension de l’aérogare. En effet, ces travaux ont permis de tripler la surface utilisée soit 1500m², pour une capacité d’accueil pouvant aller jusqu’à 50 000 passagers par an. Par ailleurs, l’aérogare a été dotée entre autres de nouveaux sièges, d’un nouveau salon d’honneur, de nouvelles boutiques dont une sous douane, et surtout d’une climatisation qui fait de Sainte-Marie la première aérogare climatisée à Madagascar.

Aujourd’hui, les compagnies Air et Madagascar et Madagasikara Airways desservent cette destination au départ d’Antananarivo. Depuis décembre dernier, une ligne directe Sainte-Marie – Pierrefonds La Réunion de Madagasikara Airways, est opérationnelle et fait le bonheur des réunionnais désirant séjourner à Sainte-Marie sans passer par la capitale.

Sainte Marie est une île paradisiaque au cœur de l’Océan Indien. Une oasis de verdure naturelle avec ses forêts primitives, ses espèces florales, ses cascades, ses fonds sous marins et ses baleines à bosse. Ce petit paradis tropical au bout du monde est encore préservée du tourisme de masse. Ce qui fait de cette destination l’une des plus prisées de la Grande île.